Madeleine de Grandmaison

Député Européenne,
Vice Présidente du Conseil Régional de Martinique,
Présidente du Comité Martiniquais du Tourisme,
Présidente du Comité de Bassin de Martinique.

Accueil >

Conférence sur le changement climatique à la Réunion

Conférence sur le changement climatique à la Réunion

Imprimer ce billet
Recommander cet Article
le Jeudi 2 avril 2009
de madeleine

mgdm-verges Du 7 au 11 juillet, l’île de accueillait une conférence internationale sur l’apport de l’outre mer européen aux défis posés par le et la sauvegarde de la .

Fruit d’un partenariat exemplaire entre le Conseil Régional de la Réunion, l’Union Mondiale pour la Nature (IUCN) et l’ONERC (Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique), cette manifestation, inscrite à l’agenda de la Présidence française de l’Union a vu la participation du Ministre d’Etat Jean Louis Borloo, de ministres de l’ de l’Union européenne et d’Etats ACP, de représentants de la Commission européenne et d’éminents experts venus du monde entier. Au total c’est plus de 43 pays et 400 participants venus de l’extérieur qui ont convergé vers l’île de la Réunion au bénéfice de l’ensemble de l’outre mer européen et de toutes les en particulier.

Invitée à présider un atelier de travail au côté de son collègue au Parlement européen, le député Alain Lipietz, Madeleine de Grandmaison a souligné la richesse de la diversité biologique dans les caraïbes, et notamment en Guadeloupe, Guyane et Martinique.

Elle a rappelée que « pour nous, RUP, la question est claire : c’est la nécessité de tenir compte de la diversité dans le développement. » Elle a particulièrement insisté sur le fait que les Régions Ultra Périphériques peuvent être des laboratoires tout en évoquant les obstacles à lever : « Des ressources sont là et à exploiter, mais je crains que le passage soit plus difficile ».

Les craintes de la ministre des Affaires étrangères du Groenland a-t-elle déclaré « me confortent sur ce point ». La députée a regretté que « L’Union européenne prenne parfois des directives qui vont à l’encontre de nos projets ». L’ doit nous entendre a-t-elle souligné, « car ce que nous disons correspond à la réalité du terrain. Il faut également favoriser un transfert technologique adapté à nos mentalités, avec des formations sur place. Car il n’y aura pas de réduction d’émission de CO2 si nous n’avons pas les moyens et la technologie… ».

En écho à l’intervention de Paul Vergès et aux efforts exemplaires du Conseil régional de la Réunion pour le développement des énergies renouvelables, Madeleine de Grandmaison a insisté sur les potentialités naturelles des RUP. « Nous devons pleinement utiliser le vent, le soleil et la géothermie, mais être vigilant sur l’hydroélectricité ». La députée européenne a mis en garde sur la raréfaction de l’eau alors qu’elle nourrit la terre. « Nous ne devons pas altérer nos cours d’eau en les canalisant. Méfions-nous également des sociétés qui, sous couvert d’écologie, nous proposent des solutions dangereuses à terme, uniquement pour réaliser des profits ».
Si la conférence était axée sur les questions de changement climatique et de diversité biologique, Madeleine de Grandmaison s’est félicitée que le Président Vergès ait aussi évoqué la diversité culturelle, car tout est lié dans la recherche de solutions pour les RUP, l’impasse ne peut être fait sur « le fait culturel, qui est le moteur du développement ». La députée de l’outre mer au parlement européen a rappelé que la perte de biodiversité mais aussi les impacts du changement climatiques ne sont pas sans conséquences sur le maintien des traditions culturelles, partout dans le monde et dans les îles en particulier.

Enfin, Madeleine de Grandmaison a interpellé les représentants de l’Etat et de l’Union européenne sur la politique maritime. « Dans la Caraïbe, nous devons lutter pour que l’Europe reconnaisse la nécessité du développement intégré de notre mer. La présidence de l’Union européenne veut créer un pôle méditerranéen, elle doit avoir un regard sur la mer des Caraïbes, afin que notre mer intérieure soit un levier de l’intégration régionale, qui passera par une coopération régionale au plus haut niveau »

Réagir à "

Conférence sur le changement climatique à la Réunion

"