Madeleine de Grandmaison

Député Européenne,
Vice Présidente du Conseil Régional de Martinique,
Présidente du Comité Martiniquais du Tourisme,
Présidente du Comité de Bassin de Martinique.

Accueil >

Lancement de la campagne le 28 Février à Ducos

Lancement de la campagne le 28 Février à Ducos

Imprimer ce billet
Recommander cet Article
le Mardi 2 mars 2010
de madeleine

Sanblé RDM

Liste « Alliance pour le Développement de la Martinique »

Tète de liste : Madeleine de Grandmaison

-*-*-*

Monsieur le Maire de Ducos qui nous reçoit ce jour, MERCI.

Cher Secrétaire général, , patron de notre liste,

Bruno AZEROT, Maire de Sainte Marie,

Raymond OCCOLIER, Maire du Vauclin

Michel BRANCHI, notre allié PPM

Mesdames et Messieurs les adjoints aux Maires de

Ducos – Charles André MANCE

Robert – Alfred MONTHIEUX

Marigot – Ange LAVENAIRE

Anses d’Arlets – Eugène LARCHER

Saint Pierre – Raphael MARTINE

Diamant – Gilbert EUSTACHE

Grand Rivière – Joachim BOUQUETY

Vous qui portez notre liste

Mesdames et Messieurs mes colistiers et colistières

Eugène LARCHER, Maire des Anses d’Arlets, notre directeur de campagne et son staff

Tous ceux qui ont préparé cette journée

Chers militants, chers amis

Mon mari, Renaud de GRANDMAISON et mes enfants.

Vous avez chacun et tous répondu à mon appel, et à l’appel du Parti, de cela je vous remercie chaleureusement.

Vous avez cru en moi et vous avez raison.

Nous sommes appelés à relever un double défi :

1. Celui de répondre à la situation d’urgence qui se pose à notre Pays.

2. Celui d’entraîner notre population à projeter l’avenir de ce même Pays, à se projeter elle-même dans l’avenir ; en claire, prendre les mesures d’urgence qu’impose la relance, voire même le sauvetage de notre économie et, préparer l’avènement de la Collectivité Unique de Martinique que le peuple a réclamé par son vote du 24 janvier.

Ces deux défis, avec vous je les relève, je suis honorée et fière que mon Parti le R.D.M, son secrétaire général Claude LISE, ses adhérents militants, ses instances dirigeantes m’aient choisie pour mener cette bataille.

Pourquoi j’ai accepté ? Parce qu’avant tout j’aime mon Pays. J’aime les gens de mon Pays. J’ai porté des projets tout au long de ce que j’ai déjà vécu. Chaque jour, a été pour moi une construction, et bien des gens s’en sont aperçus.

Ils m’ont donné à faire ,

J’ai fait.

Le plus souvent pour la satisfacaton de tous. Je n’ai pas tout achevé, je n’ai pas toujours eu les moyens de l’action, pas toujours eu les clefs de la décision.

Aujourd’hui, je mets à disposition tout ce que j’ai pu accumuler de savoir, de savoir-faire, de connaissance de notre Pays, de connaissance des grands problèmes du monde portant sur l’environnement, l’eau, la faim, la pauvreté, l’éducation, la culture, le tourisme, la condition de femme, de mère de famille.

Aujourd’hui, je fais l’offrande de tout cela à la Martinqiue qui m’a tant donné.

Je n’aspire qu’à vous servir avec toute l’intelligence du coeur, toute la passion de la vie qui m’habite.

Merci de m’avoir choisie et voyons ce qu’il y a à faire.

Soyons clairs. Après le 21 mars, le Régional, le Général existeront comme d’habitude.

Chaque aura son quotidien, la vie de tous les jours ne s’arrêtant pas.

Mais il faudra que le Conseil régional dans ses compétences, en particulier ses compétences économiques, réponde à l’urgence, née de la crise mondiale et locale de ces dernières années et, plus particulièrement de 2009 chez nous, et ensemble le Conseil général et le Conseil régional devront préparer la Collectivité Unique.

C’est dire si la qualité des élus devra être exceptionnelle ! et leur capacité de travailler ensemble sans faille.

Le R D M, Alliance pour Développer la Martinique

Propose aux électeurs une plate forme d’urgence et de sauvegarde

qui s’attache à :

Ø Répondre aux préoccupations quotidiennes révélées par les journées de février 2009 portant sur le logement, le transport, l’emploi, la vie chère.

qui s’attache à sauvegarder :

Ø nos entreprises petites et moyennes, aujourd’hui en péril

notre industrie touristique dans ses différentes composantes, en liaison avec les filières de production et de distribution.

Une plate forme d’urgence :

Ø qui prend en compte la sécurité de nos populations en vérifiant, en renforçant notre capacité à faire face aux catastrophes naturelles en tout genre :

- tremblement de terre,

- Tsunami

- cyclones

- inondation

Ø Qui intègre le suivi de la mise en œuvre des mesures interministérielles annoncées par le Gouvernement et qui impliquent l’Etat, les Collectivités, le Privé.

Toutes les mesures de cette plate forme ont pour objectifs :

- le renforcement de l’emploi local

- la limitation des importations.

Notre liste « Alliance pour Développer la Martinique », s’engage à prendre les mesures nécessaires à conforter les filières de productions en concertation avec les socioprofessionnels concernés :

Production agricole : Viser 75 % de satisfaction de la demande bovine

Production de fruits et légumes

Filière piscicole : satisfaire la demande

Organiser la relation entre les filières, l’industrie touristique, et la distribution en mettant en place des contrats de filières.

En relation avec la sécurité des personnes et des biens et dans l’objectif de stimuler l’emploi dans le B T P.

Nous proposons de développer un pôle d’urgence :

Contre les risques naturels, notamment le risque sismique par la mise en place :

- d’un plan de rénovation des bâtiments pour leur mise aux

normes

- d’un plan de formation de la population à la gestion du risque sismique.

Le Conseil général et le Conseil régional, chacun de son côté a commencé à traiter de ce sujet. Eh bien, il faudra se mettre ensemble et aller plus loin.

Contre les risques sanitaires, en faisant avec les institutions sanitaires de la Martinique, un pôle d’excellence en matière de prévention, et un lieu de formation pour les spécialistes de la région caribéennes. Toutes choses amorcées qu’il faut amplifier.

Voilà des axes forts de coopération nécessitant la mise en commun des moyens de la Région et du Département anticipant :

La Collectivité Unique

Par ces mesures, nous prenons pleinement en compte l’humain, la vie sur toutes ses formes en interaction permanente avec notre environnement.

CEPENDANT,

Tout n’est pas à réinventer, ne vous laissez pas abuser, le Conseil régional, et le Conseil général ont déjà beaucoup travaillé, ont déjà travaillé ensemble, et disposent des projets élaborés, adoptés par des plénières communes, il en est ainsi de :

- L’agenda 21

- Du Schéma Martiniquais de Développement Economique, dont a été même tirée une synthèse portant sur les grands axes stratégiques. C’est à dire qu’aujourd’hui dans l’optique de la mise en place et de la mise en œuvre de la Collectivité Unique.

Nous ne partons pas de rien.

Il faut ajuster ces projets, les proposer à l’appréciation d’une vraie démocratie participative au travers de commissions formelles, de forum citoyen, pour en sortir les mesures les plus adaptées à notre situation.

Sur le plan de l’aménagement du territoire.

Notre liste s’engage à impulser un traitement différencié Nord/Sud par une politique d’incitation à l’investissement adapté.

La mise en place de structures pouvant constituer autant de cœur de pôles d’activités : ainsi en est-il du Port de Grand Rivière,

Demain de :

- l’aéroport de Basse Pointe.

- ou encore, du pôle géophysique  Art et Histoire de Saint-Pierre.

- du pôle nautisme pour le Plein Sud.

et j’en passe ce matin.

Pour dynamiser les communes et booster l’emploi de proximité,

notre liste propose de revisiter le dispositif régional d’aide aux communes,

Alliance pour Développer la Martinique, propose

Un défi,

à savoir : une commune, un projet en porte feuille participant à la structuration de la commune (culture, sport, économie..).

Quels outils de cette politique de terrain au niveau des communes, au niveau des entreprises :

Convention- Région - communes.

Contrats d’objectifs avec :

- Les associations.

- Les organismes (P.N.R.M, conservatoire du littoral etc..)

- Les acteurs de l’économie sociale.

- Le Soutien aux emplois aidés.

Tout cela avec quelles ressources ?

Quel argent dirons-nous ?

Simplement, quels outils financiers ?

Il existe déjà des dispositifs financiers

Il faut les renforcer :

Tel le Fonds Régional de Garantie

Tel le dispositif d’Aide aux entreprises en difficultés.

Il faut les abonder, faciliter l’accès aux porteurs de projets, accélérer la mise à disposition des aides

Compléter ce qui existe par la mise en place de dispositifs ad hoc.

C’est à dire adaptés à chaque secteur après diagnostic en coopération avec :

les syndicats, les socioprofessionnels, diagnostic sérieux, mais aussi rapide pour un traitement efficace permettant de maintenir l’emploi déjà en 2010.

Aux grands chantiers,

aux grandes mesures,

de grands moyens.

Convention avec les banques, ou organismes financiers tels : OSEO, acteur financier de référence du financement et de l’accompagnement des Petites et Moyennes Entreprises

Avec la Banque Européenne d’Investissement (B.E.I), la banque des Régions

Et puis de notre responsabilité collective

Un emprunt martiniquais porté par la Région

Un emprunt obligataire à échéance de remboursement fixe et à taux avantageux.

Ce n’est pas une taxe.

C’est une mobilisation de l’épargne locale, chaque martiniquais volontaire y compris ceux de la diaspora, pourra souscrire à cet emprunt, au lieu de mettre toutes ses économies à la Caisse d’Epargne et alors, notre argent viendra renforcer notre capacité à mener une politique vigoureuse de logements

Neufs

Réhabilités

Y compris les logements :

Individuels de notre parc traditionnel dont les propriétaires ont tant de difficultés d’accès au PACT.

Y compris le logement des personnes âgées, de populations vulnérables dans une société qui vieillit rapidement et où les retraites ne payent pas une pension dans un foyer logement.

Et un ou deux autres grands chantiers à déterminer en concertation avec le monde socio économique.

Enfin, Alliance pour Développer la Martinique, propose le mise en place d’une agence de coopération Martinique-Caraïbe- Europe (ouverte à la Guadeloupe) pour :

? Faciliter l’accès aux fonds européens

? Rechercher des financements, y compris internationaux

? Suivre l’impact des accords de Partenariats économiques et viser à l’émergence d’un marché intra-régional

? Travailler à ce que la Martinique, la Guadeloupe soient le point d’appui de l’importante logistique européenne prévue au bénéfice d’Haïti

? Veiller et organiser à ce que la Martinique, par ses services, et savoir-faire, par ses expertises soit partie prenante de la reconstruction d’Haïti.

Plus spécifiquement le deuxième défi de cette mandature :

Préparer l’avènement de la Collectivité Unique, nécessitera une collaboration étroite entre les deux Assemblées.

Notre liste propose dès la mise en place de la Région :

L’installation d’une cellule mixte en concertation avec le Département, les forces vives, les syndicats, dans laquelle nous trouverons entre autre des juristes, des économistes, des politiques…

pour préparer la mise en place de la Collectivité Unique dans les meilleures conditions :

-législatives

- administratives et humaines

- économiques,

avec un projet, synthèse de l’Agenda 21 et du SMDE enrichies, par les acteurs du développement, les Communautés des communes, en quelque sorte il s’agira d’une grande consultation soutenue par un

Forum Citoyen

Et ainsi, par le dialogue arriver à un vrai contrat social pour un contrat triennal de progrès

J’ai déjà été longue, nous avons préparé pour vous une plaquette simplifiée portant quelques grands axes de notre programme. Dans cette plaquette, nous sommes allés à l’essentiel.

Par ailleurs, le Président LISE, vous a exposé les enjeux de ces élections. Je n’y reviendrai pas. J’attire votre attention cependant, sur ce que :

1. La Martinique n’est pas simplement une capitale, qui serait une vitrine bien garnie cachant un arrière pays, des communes en difficultés d’existence, d’aménagement lourdement déséquilibré quant au développement.

2. Les grandes manœuvres déployées aujourd’hui par le Maire de Fort de France, les rassemblements hétéroclites trompeurs pour capter les électeurs pourraient aboutir à une concentration de tous les leviers du pouvoir en une même main.

Alors ce sera main basse sur la démocratie. Attirons constamment l’attention des électeurs sur ce point.

3. Il est coutume de dire « qui peut le plus peut le moins ». Le contraire ne se dit pas. Depuis huit ans l’édilité peine à développer Fort de France, sans doute parce qu’ayant les yeux plus gros que le ventre

Mais alors, comment Letchimy pourrait avec succès développer tout le Pays ?

Enfin, je veux vous dire solennellement ce 28 février, mon engagement total dans cette bataille et dans mon Parti, je n’ai conclu aucun accord politicien, aucune combine secrète. C’est dans la confiance qui m’est faite que je puise ma force et en Dieu, n’en déplaise à certains, seule construire mon Pays m’importe, pour nous aujourd’hui, pour nos enfants, pour les générations futures. Au Conseil régional, avec les Présidents Aimé Césaire, Darsières, Capgras, Marie-Jeanne, sans pouvoir décisionnelle propre, j’ai travaillé dans la limite des moyens qui m’ont été donnés et cela sans jamais perdre mon âme.

Je demande aux électeurs de me donner les moyens de concrétiser cette plate forme d’urgence que je vous ai exposée, et les moyens de donner toute ma mesure pour cette mandature historique.

J’en appelle à mes sœurs Femmes.

Nous sommes 52% de la population, notre concours est essentiel, soyons actrices de l’avenir de nos enfants. Nous sommes hier, aujourd’hui et demain. La Martinique rentre dans une étape historique avec moi, avec notre équipe, prenons toute notre place.

A tous, je demande de convaincre chacun de la justesse de nos choix et que notre victoire soit éclatante, et alors ce sera le début du travail immense qu’il y a à faire.

Madeleine de Grandmaison

Ducos le 28 février 2010

Vos réactions à "

Lancement de la campagne le 28 Février à Ducos

"
  1. Phélix Ludop dit :

    Pourquoi suivre Madeleine ludopiennement ?

    Je suis contraint de réduire mon travail artistique, je créerai des petites choses (que j’appelle voyage ludopien, voir site http://www.phelixludop.fr/?screenBody=album_bd&albumId=77).
    C’est ce que je vous propose maintenant et ce pour au moins deux ans.
    Ce qui me laissera le temps de m’occuper de projets comme le développement durable, avec les moyens de Patrick de La Rivière.
    Être artiste peintre ne me suffit pas, je souhaiterais mettre la somme de mes connaissances au service de tous.
    La politique est un métier, cela demande du temps, du courage et une abnégation que je n’ai pas.
    J’ai choisi de suivre Madeleine de Grandmaison en Martinique, non pas pour des raisons claniques, ni même politiques, j’ai du mal avec ce mot, j’ai souvent entendu dire « tu ne peux pas comprendre, c’est politique ».
    Vraiment !
    J’ai l’avantage de tout comprendre, suivre Madeleine de Grandmaison c’est faire le choix d’échanges internationaux d’une part, et d’autre part admettre sa vision générale du développement durable.
    Personne ne propose mieux.
    Il faut parfois, quand, on dispose d’un bulletin de vote, admettre ses faiblesses et penser que d’instinct, au plus profond de soi, même si on ne comprend pas tout, savoir ou est la vérité.
    - Dire je suis avec toi, faisons-le, moi Phélix Ludop je dis Madeleine faisons-le.
    Nos politiques ont parfois besoin de ce mouvement de confiance intime, loin des querelles que déclenche la guerre des mots, concept qu’il est temps de dépasser.
    Le monde que nous allons créer, mérite que l’on mette de côté nos convictions qu’il faut être de tel ou tel côté de la barrière pour avancer.
    Un seul concept : UNITE DE COMPTETENCE .
    Ludopiennement,
    Phélix Ludop

  2. vertpretanbou dit :

    bon et beau discours d eplus en plsud de personalité ds les dabtas et dassuira nce devant ces machos faisan,t de la politique politicienne je espre que le peuple comprendra et suivar pour voter en masse plis fos

Réagir à "

Lancement de la campagne le 28 Février à Ducos

"