- Blog de Madeleine de Grandmaison – Elections régionales Martinique - http://www.madeleinedegrandmaison.com -

LA MARTINIQUE A LA CONFLUENCE DES POLITIQUES FRANCE- EUROPE – CARAÏBE

Posted By madeleine On 16 juillet 2009 @ 22 h 41 min In Interventions politiques,Martinique et développement,Philosophie politique | No Comments

Je ne dirai jamais assez combien les dirigeants martiniquais ont tort de ne pas considérer sur toutes ses facettes l’impact de la politique européenne sur notre économie.

Si comme à l’ordinaire, intégrant la politique d’assistance, on tremble à l’idée de toute variation en quantité des fonds structurels, les dirigeants et Députés de tous bords n’ont pas l’air de prendre en compte les entraves à notre économique qu’induisent,

D’une part, les orientations économiques de l’Union Européenne,

D’autre part, les contradictions entre l’Europe et la France en ce qui nous concerne.

Au cours de la « table ronde » préfabriquée pour Monsieur SARKOSY, un intervenant se plaignant à lui des carences des Elus martiniquais en matière de tourisme, qui selon lui n’en font pas un axe prioritaire du développement de la , se fait renvoyer par le Président sur littéralement l’interpellation :

« Avec quoi vous voulez faire du tourisme » ?

Vous produisez 12 % des poulets que vous mangez et importerez 80% des œufs consommés !

Vous produisez 24 % des fruits dont vous avez besoin et importez de la pulpe de fruits pour faire du jus !

Et l’autre reste confus.

Pourquoi ne lui avoir pas demandé selon lui, ce que nous vaut cela ? Peut-être qu’en y réfléchissant il trouverait la réponse. Moi je répondrai : La France et l’Europe, et certainement un peu nous-mêmes.

En effet, pourquoi notre usine de transformation de l’ananas a t-elle disparu ?

R. Victime de la concurrence des multinationales.

Qu’est ce qui menace notre banane ?

R. La concurrence des multinationales vivant « des veines ouvertes de l’Amérique latine ».

Pourquoi nous achetons de la pulpe de fruit ?

R. Parce qu’il est plus facile d’être subventionné sur les intrants (entretenant du même coup un fret exorbitant) que d’être subventionné sur des plantations d’arbres fruitiers !

Qu’est-ce qui menace notre activité de pêche, nos ressources halieutiques ?

R. Les directives européennes, acceptées par la France et primant sur les lois nationales françaises.

La France est confrontée sur le plan interne à ses producteurs de lait, de porcs, de vin, quant aux contraintes européennes et mondiales. Elle est prête à payer les uns et les autres pour ne pas produire. Vous pensez bien que nos préoccupations pourraient être le cadet de ses soucis ?

Monsieur le Président Sarkozy sait tout cela ! Et à aucun moment la problématique de l’Europe sur l’Outre-Mer n’est venue sur le tapis, comme élément à prendre en compte pour la résolution de nos difficultés et même, alors qu’il sait comment les Accords de Partenariat Economique (APE) ont sacrifié la création d’un marché intra régional pour faire de nous un morceau de marché captif pour le Cariforum, il nous indique comme si de rien n’était « que nous pourrions demander la réunion d’un sommet de l’OCE (ou AEC) à la Martinique ! Pourquoi ?

Il faut savoir que de décembre 2007 à mars 2009, j’ai demandé sans relâche aux commissaires européens, chargés du développement Louis Michel et Anita Hubner que puisse se tenir à la Martinique, une réunion d’information, d’explication sur les réalités, la logique, le contenu, les perspectives pour la Martinique et la Guadeloupe des Accords de Partenariats Economiques. UE/Cariforum. J’ai recherché le soutien du Préfet de la Martinique, du Ministre français de l’Agriculture (Barnier). J’ai informé les présidents des Assemblées locales pour aucun résultat ! Seulement le 20 mai le commissaire Louis Michel par courrier qui n’arrive qu’après le 7 juin, reconnaît le bien fondé de mes craintes quant à l’impact des APE UE/cariforum tel que conçu sur nos économies !

Le Président Sarkozy a quand même entendu parler des APE-UE/Cariforum ?

Voilà quelques aspects du volet Europe totalement absent du discours de Monsieur Sarkozy.

Et voilà aussi, une des raisons qu’avait la Martinique, de dépêcher un Député à Strasbourg pour défendre avec les Outre-Mers, les intérêts bien compris de nos économies.

Voilà aussi les points qui devraient retenir les efforts conjugués des Députés européens et nationaux des Outre-Mers

Les députés européens nationaux, car l’Europe, est l’Europe des Etats et nos députés, doivent contraindre la France à amener l’Union européenne à faire le distinguo entre son territoire continental et les territoires insulaires que nous sommes. Oui, il y a une reconnaissance d’ultrapériphicité, elle peut être corrigée en :

* Facilitant notre intégration dans la Caraïbe
* Favorisant l’émergence d’un marché intra régional
* Soustrayant nos produits à la concurrence mondiale
* Enlevant la contradiction entre l’Union Européenne et elle-même (la France), quant à la libre circulation des biens et des personnes dans la Caraïbe (les citoyens de la Caraïbe, en particulier du Cariforum, peuvent aller partout en Europe sans visa sauf dans la Caraïbe française)
* Favorisant le désenclavement aérien, nous sommes de fait sous monopole d’Air France. Aujourd’hui quelles facilités sont faites à une compagnie aérienne voulant installer une desserte de la Martinique ?

Air canada à peine installée est déjà virtuellement en sursis.

Monsieur le Président de la république,

Monsieur le Ministre du transport,

Madame la Secrétaire d’Etat à l’outre-Mer,

Ouvrez l’œil !

Messieurs les députés, sénateurs et autres décideurs civils,

Ouvrez l’œil !

Obtenez pour notre département, pour les Départements d’Outre-Mer :

1. La liberté de commercer non selon les règles du pacte colonial élargies à l’Europe, mais dans la transversalité conforme à notre géographie, cela tient du bon sens et concourra à l’abaissement du coût de la vie, raccourcir les distances, baisser le fret et de ce fait baisser les coûts de production en retour !
2. Bien sûr certains diront que je commence à radoter, non, j’ai entendu Césaire en 76, en 1978, en 1988 il a décrit dans les mêmes termes notre situation d’aujourd’hui. Il en a identifié les causes, à indiquer les remèdes à charge pour les juristes et autres préposés de trouver la traduction législative, fiscale, dans le cadre national ou international, lui il a parlé en termes de liberté de faire, de libertés à conquérir.

Monsieur le Président de la république, Messieurs les Ministres Français, Mesdames et Messieurs, Députés et sénateurs Martiniquais et d’Outre-mer.

Institutionnaliser pour les Outre-Mers, la liberté de leur développement par un soutien de leurs unités industrielles, la possibilité d’exporter leurs services, leur savoir-faire.

Et pour tout cela comprenez qu’une manière de réduire leur éloignement, de casser leur enfermement insulaire, c’est d’abaisser les coûts des télécommunications et des N TIC outils modernes de développement et ce sera pour exemple la liberté économique le libre choix des solutions et des moyens d’organiser leur économie, de l’adapter à leurs besoins et contextes.

La semaine dernière j’ai entendu à la télévision Mme Lucette Michaux Chevry décrire avec ses mots la situation que décrivant Césaire en 78 à savoir :

« Nous en avons assez d’être administré par des fonctionnaires irresponsables, par des gens qui n’ont aucun compte à nous rendre et qu’il faut pour coiffer les différentes administrations martiniquaises des hommes, choisis par le peuple martiniquais, contrôlés par le peuple martiniquais et ayant des compétences à rendre au peuple martiniquais » Paroles de Césaire.

A ce point de son discours, il était arrivé à définir
La liberté politique : L’autonomie

L’autonomie il ajoutait : « Nous partirons du régime actuel, mais il sera assaini, rénové, complété »
Obtenez :

Le maintien de l’octroi de mer et négocier la maîtrise de notre propre tarification douanière :

la Liberté douanière,

Et la liberté culturelle

Respect de notre fidélité dans toutes ses particularités.

Voilà donc les libertés : liberté douanière, liberté commerciale, liberté économique, liberté culturelle, liberté politique.

Que des compétences, élargies, nouvelles, partagées avec l’Etat, doivent nous permettre d’exercer.

Nous reconnaître le droit de décision et la liberté de faire dans le cadre d’un grand ensemble français respectueux de notre identité de notre dignité et de notre capacité d’entreprendre.

En 1978 Césaire estimait la conquête de toutes ces libertés indispensables à la suivie de la Martinique. Aujourd’hui elles sont en contradiction avec les orientations de L’Union Européenne et contre les intérêts des multinationales.

En 1986 Aimé Césaire, Président du Conseil régional de la Martinique choisissait de reprendre son siège de député (non-cumul obligeant) il a laissé à la région une feuille de route en trois parties.

1. La concertation avec l’Etat. Je dirai la négociation pour le financement du développement (Contrat de plan Etat-Région – DOCUP- PO)
2. le maintien de l’octroi de mer et aller plus loin il faut que la Martinique, même par dérogation devienne ou redevienne maîtresse de sa propre tarification douanière. Nous l’étions jusqu’en 1892, il y a d’autres pays comme la Polynésie qui ont cette prérogative, et pourquoi donc la Martinique ne pourrait-elle pas l’avoir ?

La pire des assimilations, c’est l’assimilation douanière.

Attention à la crise du logement ! disait-il

La L.B.U oui, mais pas seulement. Il faut mobiliser l’épargne martiniquaise au besoin par un grand esprit régional et demander le retour du 1% sur les salaires dans la construction.

Le fret maritime « nous avons le fret le plus cher du monde » et il préconisait le commerce intra Caraïbe et c’était 1986 après 1976

Sa conclusion en 1978 était quoi ?

« C’est pourquoi, ce soir du haut de cette tribune, je proclame à la face du monde que, si dans les cinq ans le statut de la Martinique n’a pas évolué dans le sens que je viens d’indiquer, c’en sera fait de la paix sociale et, disons le, de la paix raciale dans ce pays.

Et puis il y a eu 1982 la Décentralisation, une décentralisation oh ! combien inachevée. !


Article printed from Blog de Madeleine de Grandmaison – Elections régionales Martinique: http://www.madeleinedegrandmaison.com

URL to article: http://www.madeleinedegrandmaison.com/martinique-confluence-politiques-france-europe-caraibe/

Copyright © 2009 Madeleine de Grandmaison. Tous droits réservés.